Pour écouter mes chansons, c’est ici! To listen to my music clic here!

Deux CD produit à compte d’auteure avec des gens extraordinaires.

PAUL CAMPAGNE*HÉLÈNE ÉLISE BLAIS*MARIE BERNARD*STEVE NORMANDIN* *MICHEL DUPIRE*DAVY GALLANT*CLAUDE LEMIEUX*DANIELLE PROULX*INÈS PÉRILLEUX*JEAN-PIERRE CARPENTIER*RENÉ BERNARD*BERNARD FOUGÈRES*

En hommage à Claude Lemieux qui avait enregistré ce titre sur Le vent et la lune.               

Les yeux ouverts, les yeux fermés.
Absolue
Au-delà
À cela rien d’étrange

Gracias a la vida
Horus-Au coeur des ondes

Le vent et la lune
Les coeurs tendres

 

Les patineuses
Un souffle, une étincelle

Plusieurs chansons de ces c.d. furent et sont présentées lors de séminaires, d’ateliers et de spectacles de contes, où je les chante  pour illustrer de grands thèmes psychologiques, pour amener une émotion précise, pour témoigner d’une façon personnelle, ou pour donner envie aux gens présents de chanter, simplement, de tout leur cœur.

 

 

Les yeux ouverts, les yeux fermés     3’23  
paroles et musique de C. Hamel
  

Les yeux ouverts, les yeux fermés                                                                                     Je veux m'imprégner de ce lieu enchanté 
L'air y est clair comme d'ambre teinté, empreint d'une grande sérénité
Ici se vécurent la magie, l'aventure
Sur terre comme au ciel les pharaons murmurent
Mon coeur est ravi, à jamais conquis, je me marie à l'azur Je suis venue ici souvent je m'y perd dans la nuit des temps
Vision fugitive d'un ancien monde où mon âme vagabonde
Ah Ah Saqqara, je renais
Ah Ah Saqqara, je suis en paix
Les yeux ouverts, les yeux fermés

Je suis subjuguée par ce lieu enchanté
Secrets enfouis, folles épopées, temps révolu et sacré
Ici se vécurent la magie, l'aventure
Sur terre comme au ciel les pharaons murmurent
Mon coeur est ravi, à jamais conquis, je me marie à l'azur Je suis venue ici souvent je m'y perd dans la nuit des temps
Vision fugitive d'un ancien monde où mon âme vagabonde
Ah Ah Saqqara, je renais
Ah Ah Saqqara, je suis en paix                                                                                        
Les yeux ouverts, les yeux fermés

Je suis envoûtée par ce lieu enchanté
L'air y est clair comme d'ambre teinté, empreint d'une grande sérénité
Ici je retrouve   la magie, l'aventure
Sur terre comme au ciel les pharaons murmurent
Qui que tu sois, ou que tu sois règnes sans armure

À cela rien d’étrange   5’54
adaptation de Todo Cambia par C. Hamel

Changer le superficiel                                                                                                   Comme change l'eau profonde
Les pensées artificielles

Tout changer en ce monde
Change le climat au fil des années
Et de brebis, les pasteurs égarés


Tout comme tout change
Je change à cela rien d'étrange


Cambia, cambia, cambia, cambia

Échanger de main à main
D'extraordinaires destins
Change de nid l'oiseau
Le sentiment des amants
Regarder changer le chemin
Et la route sous les pas fervents


Tout comme tout change
Je change à cela rien d'étrange


Mouvant, tout est mouvant
Mouvement, tout est mouvement,
Mouvant, tout est mouvant
Changeant, tout est changeant


Bridge musical

Persiste le soleil dans sa course
Signe la lune, la grande ourse
Changent les fleurs sous nos yeux
Offrandes d'un printemps fabuleux
Change de pelage le fauve
Comme change l'homme chauve
Tout comme tout change

Je change à cela rien d'étrange

Cambia cambia cambia cambia

Mais ne change pas mon amour
D'aussi loin que je me souvienne
De chaque joie, de chaque peine
De toute âme vivant au jour le jour
Des souvenirs de demain et d'hier
Voyageant sous mes paupières
Tout comme tout change
Je change à cela rien d'étrange

Mouvant, tout est mouvant
Changeant, tout est changeant,
Cambia todo cambia, Cambia todo cambia  


Au-delà        5’44
Paroles et musique Claude Hamel
J'ai confié à la terre nos promesses
Qu'elle les nourrisse de sa sagesse
La vie a couleur d'éternité
Quand j'explore de ton corps les chemins sacrés
J'ai fait de ton odeur un poème, des tes yeux deux bateaux
Tes lèvres me touchent j'effleure ta bouche
De tes hanches je me fais souche
Au-delà, au-delà des nuages, je découvre ton beau visage


Pur enchantement, fruit du hasard, l'amour
Appartient au vent et à la terre
Inéluctable comme un feu qui cours
Et se nourrit de sa propre lumière
Au-delà, au-delà des nuages il embrase nos rivages


Le sort j'ai conjuré et le destin invoqué
Accordez-nous noces de lune et voyages de miel
Hors des anciens chemins, en plein ciel
Plus légers qu'une plume nos coeurs transportez
Tes lèvres me touchent, j'effleure ta bouche
De tes hanches je me fais souche
Au-delà, au-delà des nuages, je te découvre mon visage

Pur enchantement, fruit du hasard, l'amour
Appartient au vent et à la terre
Inéluctable comme un feu qui cours
Et se nourrit de sa propre lumière
Au-delà, au-delà des nuages il embrase nos rivages


Tes yeux ont couleur d'éternité
Quand j'explore de ton corps les chemins sacrés
Tu te fais souche, je t'offre ma bouche
Et voilà que nos peurs s'effarouchent
Au-delà, au-delà des nuages, notre amour voyage
Au-delà, au-delà des nuages,
Au-delà des nuages.
Un souffle, une étincelle     2’30
Paroles et musique Claude Hamel
Vers la montagne, ici où là-bas 
Près du lac en forme de puma

Là où viennent mourir les pierres

Chaque pas est une prière                            


Tout commence, tout fini ici
Je respire, je vis
Je ne cherche pas, je ne cherche plus

J'ai déjà tant vécu

D'un souffle, d'une étincelle
La terre nous a donné le jour

Je l'ai donné à mon tour

Un geste d'amour, un battement d'ailes


Tout commence, tout fini ici
Je respire, je vis
Je ne cherche pas, je ne cherche plus
J'ai tout entendu


Sertie de mille rivières
Belle comme un rêve de pierre
Son allié c'est le temps


Et son amant le vent
Tout commence, tout fini ici


Je respire, je vis
Je ne cherche pas, je ne cherche plus
Femme et terre en mue
Les patineuses
Paroles et musique Plume

Avec son coat en minou bleu
Son foulard rouge, son béret noir
Était comme un bouquet frileux
Au milieu de la patinoire
Moi j’patinais sur la bottine
Était-ce elle qui m’éblouissait
Était-ce le décor qui glissait
J’avais les jambes en gélatine
Je n’en croyais pas mes rétines
Et j’en perdais tout mon français 

Le vent emporta son béret
Et déploya ses longs cheveux
Elle dut marquer un temps d’arrêt
Et j’eu le temps de faire un voeu
Que son béret vole jusqu’à moi
Que je puisse mieux voir sa frimousse
Que je me porte è sa rescousse
Qu’on se regarde avec émoi,
En souhaitant que le vent me pousse
Moi qui patine comme une oie 

Le béret soulevé dans les airs
Semblait ne plus vouloir tomber
Je patinais tout de travers
En le voyait se dérober
Étais-ce le hasard qui voulut
Faire preuve de haute précision
Lorsque j’entrai en collision
Avec la belle chevelue
Exécutant pour l’occasion
Un acrobatique salut 

Étendu parmi les étoiles
Foudroyé à deux minutes près
Quand le vent releva le voile
Et fit retomber son béret
Me suis perdu dans ses yeux d’ange
Et pendant un instant heureux
Comme lorsque l’on tombe amoureux
Ce moment de curieux mélange
Où vraiment rien ne nous dérange

Toutes ces fées sur qui l’on tombe
Et dont le secret nous attire
Qui nous font l’effet d’une bombe
Et qu’on laisse pourtant repartir
Dans des circonstances nébuleuses
Sans même de contact établi
Et qui glissent vers notre oubli
Parmi nos amours en veilleuse
Sur des patinoires remplies
De toutes ces belles patineuses

 

 
 
 
 
 
Terra et Gloria 16’44
Musique Claude Hamel
 Dédiée à deux petites fées, Terra et Gloria.

CD Le vent et la lune

Le vent et la luneParoles

Absolue
Paroles et musique de Claude Hamel

Je suis, Gauguin, folle de ton œuvre
J’parcours Paris, Tahiti, où de ta vie, je m’abreuve
Percevant ton message vibrant
Cent ans plus tard toujours présent
Ton questionnement me hante
Où allons-nous, que sommes-nous, d’où venons-nous?
Ton art éclaire mes jours, ton destin, mes détours
Ton âme et la mienne se partagent le même absolu

Je suis, Gauguin, folle de ton œuvre
J’parcours les plans, les dimensions
Où ton énergie se matérialise
L’intelligence se fait subtile
Quand les couleurs de l’être s’irisent
Je laisse passer en moi les forces vives immatérielles
Absolues de lumière, de lumière absolues
Ton âme et la mienne se partagent le même absolu

Je suis, Gauguin, folle de ton œuvre
J’parcours la vie sans ennui
Où de ton art je m’abreuve
Percevant ton message vibrant
Mille ans plus tard toujours présent
Ton questionnement me hante
Où allons nous, que sommes-nous, d’où venons-nous
Ton art éclaire mes jours, ton destin, mes détours
Ton âme et la mienne se partagent le même absolu

Absolue, absolue, de lumière absolue.

 
 
 
La cicatrice
parole et musique de Claude Hamel
Elle est venue l’heure, sans crier gare
De sortir des brouillards de ta vie sans couleur
Le temps de venir à bout des blessures de ton âme
D’en circonscrire les drames, de te lever deboutDe laisser la lumière envahir tes méandres
De secouer la poussière, de renaître de tes cendresTe tuer à petit feu ne saurait rien régler
Tu ne ferais qu’errer sous d’autres cieuxFini de nier, fini d’accuser
C’est à toi de jouer, à toi de quitter ta série noireCesse de remuer toujours les mêmes histoires
Trouve en toi la foi, sois ton miroir

 

Elles est venue l’heure, sans crier gare
De sortir des brouillards de ta vie sans couleur

Le temps de venir à bout des blessures de ton âme
D’en circonscrire les drames,
De te lever debout, debout, debout, debout

Petit à petit, pas à pas, prends confiance en toi
Et petit, peu à peu tu cicatriseras.

 

Le cœur est un oiseau
Paroles et musique Richard Desjardins, Michel F. Côté

Par-delà les frontières,
Les prairies et la mer,
Dans les grandes noirceurs,
Sous le feu des chasseurs,
Dans les mains de la mort,
Il s’envole encore.
Plus haut, plus haut,
Le cœur est un oiseau.
Dans les yeux des miradors,
Dans les rues de nulle part,
Au milieu des déserts,
De froid, de faim et de fer,
Contre la tyrannie,
Il refait son nid.
Plus chaud, plus chaud,
Le cœur est un oiseau.
Ce n’était qu’un orage,
Ce n’était qu’une cage,
Tu reprendras ta course,
Tu iras à la source,
Tu boiras tout le ciel,
Ouvre tes ailes.
Liberté,
Liberté,
Liberté.

 
Au cœur des ondes
paroles et musique de Claude Hamel
Horus est l’éclat du soleil
Mais il n’est pas le soleil
Il est la fusion de la lumière
Le grand initiateur solaire
Il est l’or, la vie réalisée
Le roi réactivé qui sommeille en toi
Le vent qui souffle lui ouvre la voie
Au cœur des ondes extasiéesIl se joint aux dieux du firmament
Vit au-delà des quatre éléments
De la liberté est le symbole
N’a qu’un souci la beauté de son volIntermédiaire entre ciel et terre
Doublement visionnaire
Il préside à l’horizon lointain
À l’apogée de tout destinEn lui respire l’astre du jour
Le créateur, la force d’amour
La perfection transcendée
La joie, la paix retrouvéesHorus est l’éclat du soleil
Mais il n’est pas le soleil
Il est la fusion de la lumière
Le grand initiateur solaireIl est l’or, la vie réalisée
Le roi réactivé qui sommeille en toi
Le vent qui souffle et t’ouvre la voie
Au cœur des ondes extasiées

 

Rejoins les dieux du firmament
Vis au-delà des quatre éléments
De la liberté, sois le symbole
N’aie qu’un souci, la beauté de ton vol
N’aie qu’un souci, la beauté de ton vol.

 
La grande bascule
paroles et musique de Claude Hamel
Nous avons marché sur la lune
Mis la violence à la une
Fait de l’amour une infortune
Champ de bataille de nos rancunes
Simples mortelles, aventuriers
Perdre la guerre, c’est la gagner
Dans le rêve inconscient
Des voyageurs de l’éternité
Dites-moi qu’un jour sur cette terre
Nous déciderons de notre destin
Simplement chacun créant son chemin
Nous inventerons un monde solidaireDe l’écume, en vagues salutaires
Nous verrons renaître les mémoires
En remontant le cours de l’histoire
Nous renoncerons à tous les faux mystèresNous choisirons la couleur
Qu’auront dès lors ces jours sans heures
Nous mettrons fin à l’ignorance
À l’intolérance, aux complaisancesDites-moi qu’un jour sur cette terre
Nous déciderons de notre destin
Simplement, chacun trouvant son chemin
Nous inventerons un monde solidaireUn nouvel ordre, une nouvelle ère
Célébrant sur terre, deux hémisphères
Où l’argent pas plus que la guerre
Ne sera le centre de notre universDites-moi qu’un jour de cette terre
Nous dessinerons le destin
Que les enfants du nouveau millénaire
Habiteront un monde plus humain.
 
Marie L’Anarchie
paroles et musique Claude Hamel
Elle s’est juré de ne pas finir blasée
De ne pas se tuer à travailler
Que l’argent, jamais n’allait la mener
Elle a crié je veux ma liberté
Je refuse de me faire abuser
Moi je veux vivre, pas juste exister
Marie L’Anarchie
Les poings, le cœur et les lèvres serrées
Marie L’Anarchie
S’est installée rue Saint-Denis
Elle vit de l’air que les autos polluent
Elle se blesse chaque jour un peu plus
Traîne dans la rue, défend sa vie à mains nues
Aux aguets, au royaume des exclus
Marie L’Anarchie, en liberté surveillée
Marie L’Anarchie, Marie
Ta quête un jour va-t-elle se terminer
Avant que tes ailes n’aient fini de brûler
Elle s’est juré de ne pas finir blasée
De ne pas se tuer à travailler
Que l’argent jamais n’allait la mener
Elle a crié je veux ma liberté
Je refuse de me faire abuser
Moi je veux vivre, pas juste exister

Marie L’Anarchie,
Les poings, le cœur et les lèvres serrées
L’Anarchie Marie, tu murmures,
Je ne veux pas perdre ma vie, perdre ma vie.
 
Tu brilles comme une comète
Paroles et musique de Claude Hamel

Un éclair
le vent le feu
le désert l’univers la lune
les nuages une poussière le ciel
Bonheur le coeur
chaleur la douceur
le destin courage
le doute
Solitude
colère
aveugle
le vertige sourd
la peur
Tu brilles comme une comète, Tu brilles comme une comète
Aye !, tu brilles comme une comète (X3)

 
Aveugles et Sourds
paroles et musique de Claude Hamel
J’aurais tant voulu vous plaire
Mais ne sachant que faire
Ma détresse fut distante
Et ma peine insistante
Toujours trop occupés
Vous ne l’avez jamais remarqué
Et votre indifférence
A meurtri mon enfanceRien n’a pu apaiser
Mon cœur de mal-aimée
Qui un peu plus chaque jour
Devenait aveugle et sourdÀ mes prières muettes
Vous ne saviez que répondre
Partiez vite travailler
Impossibles à toucherJe vous aimais en silence
Souffrais de vos absences
Je guettais un retour
Mais toujours pas d’amourPour venir apaiser
Mon cœur de mal-aimée
Qui un peu plus chaque jour
Devenait aveugle et sourdAujourd’hui j’ai appris à aimer malgré tout
Avec le temps j’ai pu apprivoiser ma nuit

 

Et j’ai vu s’alléger
Mon cœur de mal-aimée
L’amour s’est fait moins lourd
N’est plus aveugle ni sourd.

 
Le gros flash mauve
Paroles et musique Plume Latraverse


On est toujours seul
Même quand on l’est pas
Seul avec sa gueule,
Son sac et ses dix doigts

On est toujours seul
Même quand on l’sait pas
Seul comme son cercueil
Ses os pis ses bas

Des fois j’me cherche
Des fois j’me r’trouve
D’aut’fois j’me r’perds

Quand chus tout croche
J’cherche un moyen d’passer à travers
Pis d’y voir clair
Pis tout à coup y a quèque’chose qui arrive
Qui fait qu’j’me r’trouve encore ben en vie
Un gros flash mauve, dans un coin d’ma cage thoracique
Comme un cadeau,
Un beau grand voyage au Mexique

Pis là, j’dis WOW!
Veux-tu ben m’dire c’que j’fais icitte?

 
Gracias a la vida
Paroles et musique de Violeta Parra


Gracias a la vida, que me ha dado tanto
Me dio dos luceros que cuando los abro
Perfecto distinguo lo negro del blanco
Y en el alto cielo su fondo estrellado
Y en las multitudes el hombre que yo amo

Gracias a la vida, que me ha dado tanto
Me ha dado el sonido y el abecedario
Con el las palabras que pienso y declaro
Madre amigo hermano y luz alumbrando
La ruta del alma del que estoy amando

Gracias a la vida, que me ha dado tanto
Me ha dado la marcha de mis pies cansados
Con ellos anduve, ciaudades y charcos
Playas y desiertos, montanas y llanos
Y la casa tuya, tu calle y tu patio

Gracias a la vida, que me ha dado tanto
Me dio el corazon que agita su marco
Cuando miro el fruto del cerebro humano
Cuando miro el bueno tan lejos del malo
Cuando miro el fondo de tus ojos claros

Gracias a la vida, que me ha dado tanto
Me ha dado la risa y me ha dado el llanto
Asi yo distinguo dicha de quebrantos
Los dos materiales que forma mi canto
Y el canto de ustedes que es el mismo canto
El canto de todos que es mi propio canto

Gracias à la vida
Gracias a la vida
Gracias a la vida.

Cd Entre la chair et l'écorceEntre la chair et l'écorce